Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Hassanein Hiridjee, CEO du groupe Axian « La positive attitude : clé pour triompher des défis »

Hassanein Hiridjee, CEO du groupe Axian « La positive attitude : clé pour triompher des défis »

Lors de la troisième édition de l’Aptitude Story, l’Altitude Business School Madagascar a eu le privilège d’accueillir un invité de marque, Hassanein Hiridjee, le PDG du groupe Axian. Le mercredi 8 novembre, il a partagé avec les étudiants les clés de son immense succès continental sous le thème captivant de la « Vision d’investissement en Afrique »

L’environnement socio-politique et le contexte économique en Afrique sont assez difficiles. Comment faire face aux problèmes liés à l’économie en Afrique ?

Les défis sont présents dans toutes les régions du monde, car chaque zone géographique présente ses propres obstacles, que ce soit en Europe, aux États-Unis, ou au Japon. Cependant, derrière chaque défi se cache une opportunité, et Madagascar possède une richesse démographique et culturelle considérable. Le pays est doté de ressources minières abondantes, d’un accès à l’eau, et bien d’autres atouts. Pour améliorer la situation de Madagascar, je pense qu’il est crucial d’exploiter les compétences de chacun, car cela représente un avantage majeur pour le pays. Ainsi, il est essentiel d’avoir le courage de s’affirmer et d’adopter une attitude positive. Une des valeurs clés du groupe Axian, “Be yourself – Be Nice – Be Kind”, représente à mes yeux des fondements importants de l’humilité et de la bienveillance. Les jeunes d’aujourd’hui, exposés à de nombreuses opportunités d’affaires et de réseautage, doivent saisir cette chance pour créer un avenir radieux pour Madagascar. Il est crucial d’être ouvert d’esprit et de savoir transformer les problèmes en solutions.

Pour vous, quels sont les principaux obstacles et contraintes qui freinent l’attractivité et la rentabilité de l’investissement en Afrique et comment être résilient face à ces obstacles ?

Voulez-vous que je fasse une réponse politiquement correcte ou une vraie réponse ?(rire) Parlons franchement. Le principal obstacle réside dans l’accès au financement. Comment peut-on progresser lorsque les ressources financières font défaut ? Une anecdote de mes débuts avec MVola reste mémorable : au départ, les gens étaient réticents à utiliser notre système de mobile banking par crainte de déposer de l’argent liquide dans les Cash points. Cependant, en 2022, notre plateforme a généré un volume de crédits supérieur à celui de l’ensemble des banques et des établissements de microfinance à présents Madagascar. Cela souligne l’importance cruciale de l’accès au financement pour le développement économique en Afrique et à Madagascar. En plus de cela, les jeunes ont besoin de formations solides et de qualité pour compléter leurs talents. C’est là que l’Ecole 42 entre en jeu – une école d’enseignement informatique innovante, différente et ouverte, mettant l’accent sur les projets et le travail de groupe plutôt que sur l’enseignement théorique. Le talent existe, mais il est essentiel de donner à chacun l’opportunité de le mettre en pratique et de contribuer au développement du pays et du continent. Cependant, par-dessus tout, il est impératif d’établir efficacement la bonne gouvernance et la rigueur.

Comment le groupe Axian s’engage-t-il dans la transition énergétique en Afrique en mettant en avant des solutions et stratégies innovantes, durables et sociales pour répondre aux besoins énergétiques des populations africaines ?

Est-ce normal qu’en 2023, 600 millions d’africains qui n’ont pas accès à l’électricité ?(un étudiant a répondu à voix haute : faute de moyens et d’infrastructure) C’est exactement ça !Il est effectivement préoccupant qu’en 2023, 600 millions d’Africains n’avaient toujours pas accès à l’électricité. Le développement d’un pays, d’un continent, repose essentiellement sur une économie bien financée. Le défaut de moyens signifie un manque de financement, et le défaut d’infrastructures ne résulte pas d’un manque de ressources, mais plutôt d’une absence de développements nécessaires. En Afrique, et même à Madagascar, nous disposons de ressources naturelles abondantes telles que des rivières, des fleuves et des chutes d’eau de grande qualité qui pourraient fournir de l’électricité à l’ensemble du continent. Malheureusement, malgré ces richesses, le manque d’investissements et d’infrastructures appropriées persiste. Il est vrai que d’importantes sommes d’argent circulent dans le monde, et même une fraction de ces fonds, investie par les pays émergents, pourrait contribuer de manière significative à la réduction de la pauvreté. Cependant, les investisseurs recherchent la stabilité politique et législative, ce qui peut poser un défi dans des régions où ces facteurs ne sont pas toujours assurés. La solution réside probablement dans la relance de l’économie du continent. Actuellement, le secteur privé semble jouer un rôle crucial dans cette dynamique. Chez Axian, nous avons pris l’initiative d’accélérer l’équipement énergétique des pays où nous opérons, reconnaissant ainsi l’importance

Quelle est votre vision du marché immobilier en Afrique et comment le groupe Axian s’adapte-t-il aux spécificités et aux attentes des clients africains ?

Je vais être très transparent. Notre parcours a commencé avec les télécommunications à Madagascar, puis s’est étendu à La Réunion, Mayotte, les Comores, le Sénégal, le Togo, et bien d’autres endroits. De même, notre expertise dans le domaine de l’énergie a conduit à des projets dans plusieurs pays, grâce à notre savoir-faire et notre méthodologie qui inspire la confiance des investisseurs. Pour l’instant, nos activités immobilières se concentrent uniquement à Madagascar, et nous n’avons pas encore investi dans ce secteur sur le continent africain. En ce qui concerne la problématique de l’Afrique, je ne peux pas encore dévoiler ma vision complète, mais des projets sont à l’étude. Il suffit de regarder autour de nous, les chantiers se multiplient dans le monde entier. Les gens quittent les zones rurales pour se rendre en ville, mais malheureusement, il y a une pénurie de logements. Les quartiers informels se développent avec des habitations précaires, et il devient impératif d’agir. Ce n’est plus seulement une question de volonté d’être altruiste ou moralement correct. Si nous ne trouvons pas rapidement des solutions pour fournir aux jeunes les moyens de quitter ces zones rurales, quel genre de monde allons-nous laisser en héritage ? Cet enjeu ne concerne pas seulement Madagascar, c’est une réalité partout. C’est le défi crucial des dix-huitièmes décennies. Cet enjeu ne concerne pas seulement Madagascar, c’est une réalité partout. C’est le défi crucial des générations du millénaire.

Quels sont les critères et les secteurs que vous privilégiez pour vos investissements et quels sont les exemples de succès que vous pouvez partager ?

Le groupe Axian est présent dans divers secteurs, allant de la téléphonie mobile à l’énergie renouvelable, an passant par la haute technologie, les services financiers, l’immobilier, et bien d’autres. Bien que notre continent ait manqué les révolutions industrielles et agricoles du passé, nous sommes aujourd’hui fermement engagés dans une révolution que nous ne pouvons nous permettre de manquer à aucun prix : la révolution numérique. Tous nos investissements passent désormais par le prisme du numérique et de l’innovation. Dans le secteur financier, par exemple, il y a le Bitfrog, une plateforme de trading social créant un écosystème propice tant aux traders expérimentés qu’aux débutants. Chez M-Vola, nous avons facilité l’accès à l’emprunt, à l’épargne, aux transferts, aux réceptions et aux envois d’argent. Nous avons également investi dans une entreprise qui effectue des livraisons directes depuis les importateurs vers toutes les petites épiceries, court-circuitant la chaîne de distribution traditionnelle. Cette approche permet une gestion plus efficace des stocks et l’obtention des meilleurs prix. Notre objectif est de faciliter l’entrepreneuriat et de soutenir ceux qui contribuent au développement économique du continent. Nous pouvons vous mettre en relation directe avec des fournisseurs d’engrais pour assurer l’ensemble du processus de production. Imaginez ceci : vous avez un terrain, vous plantez, vous achetez des engrais. Si la sécheresse survient l’année suivante, vous êtes assuré, et si ce n’est pas le cas, vous pouvez vendre vos légumes et fruits. Cela se réalise en Afrique. Nous travaillons activement pour créer des opportunités et faciliter la prospérité économique sur le continent

Comment établissez-vous ces principes dans la gouvernance et votre leadership auprès de vos collaborateurs ?

Il est probablement difficile pour moi de fournir une perspective objective sur mon propre leadership. Pour obtenir un avis authentique, je vous conseille de vous tourner vers mes collaborateurs qui risquent de me qualifier de « adala izy » (il est fou) ! En ce qui concerne l’enseignement du bon ou du mauvais leadership, je suis fermement convaincu que c’est quelque chose qui se vit plutôt que quelque chose qui s’enseigne. Bien que les cours théoriques puissent être utiles, la meilleure école de leadership réside dans le fait de côtoyer des dirigeants expérimentés. Dans notre approche du travail, nous accordons une grande importance à ceux qui ont des impacts positifs durables sur l’environnement, les individus et la société. Nos partenariats intègrent des considérations de développement durable et d’impact social et sociétal. La notion de Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE) constitue un critère essentiel pour décider de collaborer ou non avec un partenaire potentiel. Nous sommes engagés à travailler dans le sens d’une influence positive et durable sur notre environnement et notre société.

Quels seraient vos conseils pour la nouvelle génération qui souhaite se lancer dans l’entrepreneuriat intéressé par l’investissement en Afrique ?

Exploitez pleinement vos compétences, car votre jeunesse est un atout considérable. Vous avez une chance extraordinaire, et je vous envie profondément. Vous bénéficiez d’opportunités d’études, de travail et de réseautage exceptionnels. Vous avez le privilège d’être dans un établissement de très grande qualité, où vous acquerrez les connaissances nécessaires pour relever les défis et évoluer dans les écosystèmes de demain. Puis, soyez sérieux et rigoureux dans votre apprentissage. Prenez à cœur ce que vous allez entreprendre par plus tard, car vous êtes en train de façonner votre destin de vos propres mains. Vous êtes le maître de votre propre changement : soyez la personne que vous aspirez à devenir, et commencez dès maintenant. Adoptez une attitude positive, ayez confiance en vous, faites preuve d’ambition, et ne vous limitez pas aux schémas classiques. Allez au-delà des conventions pour réaliser vos aspirations.

Aptitude Story, 3è édition
Un après-midi avec un géant panafricain

Un après-midi vibrant et convivial lors de la troisième édition de la rencontre mensuelle orchestrée par l’Altitude Business School. Invité d’honneur, Hassanein Hiridjee, PDG du groupe Axian, a participé à un échange dynamique avec les étudiants. Malgré son statut de « Top 10 des personnes les plus riches d’Afrique francophone » (selon Forbes) et « Top 100 des Entrepreneurs africains les plus influents en 2022 » (New African), le patron de Telma s’est révélé ouvert et accessible, répondant de manière franche aux questions des modératrices et du public, composé principalement d’étudiants. « Malgré un état de santé qui n’est pas au beau fixe, j’ai insisté pour être présent. Je ne pouvais manquer ce rendez-vous pour rien au monde », confie l’entrepreneur, ami de longue date de David Rajaona, Président de l’IEP-AG. Hassanein Hiridjee exprime son honneur d’avoir été invité et sa joie de partager sa passion avec les étudiants de l’ABS.

Ce leader charismatique, classé parmi les 500 fortunes de France, dirige le groupe Axian, qui regroupe 25 filiales présentes dans six pays d’Afrique et de l’Océan Indien, opérant dans des secteurs à fort potentiel tels que les télécommunications, les services financiers, l’énergie, l’immobilier et l’innovation. Parmi les filiales les plus connues à Madagascar, on retrouve Telma, First Immo, BNI Madagascar, et bien d’autres. Hassanein Hiridjee a fièrement déclaré que le groupe Axian accompagne et agit en tant que partenaire dans la transformation socio-économique des régions où il est implanté, ainsi que sur l’ensemble du continent. Il est important de noter que le groupe AXIAN est membre de l’initiative Global Compact des Nations Unies et s’engage à intégrer ses 10 principes au cœur de ses stratégies et activités présentes et futures.

Aritiana Realy et Gianni Razafiarison (L2 ABS)

You must be logged in to post a comment.